PINOT ...SECTION RURALE DE ARNIQUET

PINOT ou « NAN PINO » est avec Port-au-Prince, l’un des deux espaces ou nous développons l’ensemble de nos activités. Comme nous l’avions signalé dans plusieurs documents déjà, après une visite de deux responsables des parrainages, dans le Sud, tout de suite survint la nécessité d’établir une collaboration à travers un projet visant l’amélioration d’une petite école dans ses structures vétustes comme dans la pérennisation de son fonctionnement. L’ouragan Mathieu nous a mis devant une réalité tellement crue que nous avions été obligés de modifier nos plans et de penser à un projet global de développement durable et intégral se basant sur les atouts de cette section communale qui dépend de la commune de Arniquet.

Situer Pinot, cette section rurale perchée dans les hauteurs, exige un coup de projecteur sur Arniquet. Toute description faite de la commune principale, englobe les traits de ses sections attenantes. Les problèmes mentionnés se vivent de plus près et de façon plus profonde.

Nos recherches ont abouti à cet article écrit en 2014 par le journaliste Jean Daniel Sénat, du Nouvelliste.

Les données sont très intéressantes. Le professeur Maurice Château dont il est question est actuellement le Maire de Arniquet.

Nous l’avions rencontré lors de notre dernier voyage et nous avions vu ensemble plusieurs pistes de travail en commun.

Ces informations expliquent le sens de notre engagement.

Bonne lecture

Arniquet, un coin d’Haïti jeté aux oubliettes

Située à près de 15 km de la ville des Cayes, Arniquet forme avec Port-Salut et St-Jean du Sud un arrondissement. Cette commune verdoyante et au territoire majoritairement montagneux est limitrophe des communes de Port-Salut, de Torbeck et de St-Jean du Sud. Ce coin d’Haïti a la vertu de charmer ses visiteurs par son paysage attrayant. Toutefois, elle connaît actuellement d’énormes difficultés.

Publié le 2014-06-05 | Le Nouvelliste

Depuis son élévation au rang de commune en 1976, Arniquet ignore ses limites territoriales et juridiques. Maurice Château, professeur de la zone et ancien maire, explique. « Depuis 1976, l’un des problèmes majeurs de notre commune est l’épineuse question de la délimitation. Avant, elle était la 3e section communale de Port-Salut. Par un décret du président Jean-Claude Duvalier en 1976, elle devient commune. Ce décret avait prévu une limite paroissiale jusqu’à la délimitation définitive. Jusqu’à aujourd’hui, aucune délimitation n’est encore faite ».

Cette 3e section commence à partir de la rivière l’Acul, et se termine à Pointe Sable, site touristique très réputé du département du Sud.

Elle est divisée en deux, une partie paroissiale et une partie juridique. La limite juridique se termine à Favette (une localité d’Arniquet). Selon l’esprit du décret, la commune d’Arniquet comprend également une partie de la 4e section de Port-Salut qui se termine entre Babois et Douyon.

«Territorialement et juridiquement parlant, Arniquet n’est pas une commune. Car sa seule section communale est séparée», déplore Maurice Château. Cette situation n’est pas sans conséquences sur le développement de la commune et sur la vie des citoyens. Selon le professeur Château, « Arniquet ne peut encore élire des Casec ou Asec dans les localités prévues par le décret. Ces paysans ne s’intéressent pas aux élections.

 L’État est absent dans leur localité. Il n’y a pas de routes, pas de centres de santé, pas d’écoles. Les différentes lois électorales accordent à Port-Salut la prérogative d’élire des autorités locales. Une fois élues, les autorités ignorent leurs besoins. » Les habitants des sections communales se situant entre Port-Salut et Arniquet se trouvent généralement dans l’embarras pour bénéficier des principaux services publics, notamment les soins sanitaires, la justice, les documents d’identité. Ils sont obligés de solliciter ces services à la commune la plus proche.

Le centre-ville d’Arniquet fait face aussi à ses difficultés. Les installations électriques datent de 40 ans et n'ont jamais été rénovées.

Depuis 2006, la commune peine à exécuter son projet d’adoquinage.

En 2010, environ 1km de rue a été adoquiné, et plus rien n’est fait.

Toutefois, Maurice Château admet que le pouvoir central a consenti des efforts en construisant un complexe administratif, un dispensaire et un marché public. Même si, pour certains, ce marché ne correspond pas aux besoins de la zone.

« Ce bâtiment ressemble beaucoup plutôt à un marché touristique. Il ne peut pas accommoder l’affluence de commerçants ayant l’habitude de fréquenter le marché », souligne-t-il.

Une autre grande préoccupation des Arniquois est la route qui devrait relier leur localité aux autres communes du département, notamment les Cayes. La rivière représentait jadis un problème pour les Arniquois désireux d’accéder aux autres communes, surtout en période de pluie et de crues. Pour pallier cette situation, le Centre national des équipements (CNE) avait percé un détour débouchant sur la route Cayes-Port-Salut, près du pont de la rivière l’Acul. Depuis lors, la route n’est pas entretenue. Elle demeure impraticable en période de pluie à cause des ravines qui ne sont pas corrigées.

De son côté, Robenson Doricent, étudiant en sciences juridiques à l’Université publique du sud (UPSAC), croit que cette commune est jetée aux oubliettes.

« Arniquet est vierge et pleine de potentialités jusqu’à présent inexploitées par les autorités gouvernementales », regrette-t-il. Il déplore l’absence de centres de loisirs pour les jeunes de sa communauté, la baisse de la qualité de l’éducation dans la zone, l’état dans lequel fonctionnent l’école nationale et le lycée, etc. Il déplore aussi le fait que les élus d’Arniquet ne la défendent pas convenablement.

« Depuis 2 ans, nous fonctionnons avec des agents exécutifs intérimaires. Arniquet partage la même circonscription électorale avec St-Jean du Sud. Généralement, les députés viennent de St-Jean et ils ignorent nos besoins. Il faut qu’on puisse choisir notre propre représentant à la Chambre des députés », revendique-t-il.

En dépit de tout, les fils d’Arniquet se mobilisent pour donner à la commune une autre allure. Collectivement ou de manière individuelle, des citoyens dotent la zone de certaines infrastructures. Arniquet possède, entre autres, une station de radio, deux bibliothèques, une salle de cinéma.

Cette commune peut charmer ses visiteurs en un laps de temps. Elle a une couverture verdoyante.

Du morne Zéphyr, on peut explorer la zone, Torbeck et la ville des Cayes. Elle est riche en vivres alimentaires, notamment en banane, igname et arbre véritable. De plus, les Arniquois sont réputés pour leur hospitalité.

Jean Daniel Sénat jeandaniel.senat@yahoo.

Note:

AFHES a été invité le mois d'octobre dernier à participer à l'édition 2017 du Salon du Livre de Fuveau, avec Haïti comme nation invitée pour "les lettres venues d'ailleurs". DE grosses pointures de notre littérature dont Lyonel Trouillot et Makenzy Orcel ont rassasié largement les attentes des participants et des assistants habitués de ce salon de très haut vol. 

Nous avions considéré qu'à travers les différentes recherches et réalisations pour préparer les gens à la réception d'Haïti, une nouvelle passerelle était née entre La France et Haïti. 

Nous avons émis le souhait d'un jumelage entre Fuveau et Arniquet.

L'idée a été bien reçue et une demande formelle a été faite.

Nous sommes en attente des prochaines décisions

Dr Jonas Jolivert

Contactez-nous!

© 2023 by Marketing Inc. Proudly created with Wix.com