ETAT DES LIEUX ...JUIN 2022

LE CHANTIER IMPOSSIBLE !

LES INSOLITES QUI L'ONT RENDU IMPOSSIBLE !

1 – Le contexte :

Le grand sud coupé du reste du pays par l’occupation des gangs puissants qui contrôlent Martissant

B -Assassinat en son domicile du président décrié avec l’aggravation de la crise sociopolitique et de l’insécurité

C- Passage d’une onde tropicale, début juillet qui, sans faire de dégâts qui n’intéressent medias et ong, a effondré le préau qui abritait une grande partie des salles de classe.

D- Tremblement de terre du 14 août avec destruction des maisonnettes de Pinot mais notre local reste debout. Augmentation vertigineuse du prix des matériaux dans un marché non contrôlé

2.- FINANCEMENT

- 6.000 euros sur le compte de l’association pour le fonctionnement de l’école, la préparation de la rentrée

- Épidémie de covid19 avec confinement interdisant des activités collectives qui rapportaient de l’argent ( soirées Haïtiennes, ventes de gâteaux par les marraines etc ..)

3.- NÉCESSITÉ

Pour la rentrée il fallait bien un local pour abriter les enfants. Il fallait construire mais construire quoi ? Un autre préau susceptible d’être emporté par un cyclone dont la saison allait encore quatre mois ? Rêver grand et construire non seulement des salles de classe, mais un abri en cas de catastrophe ?

4 – NOTRE ATOUT !

Le support humain au projet venant « des marraines » de Jean-Paul qui n’a cessé de contribuer et de remuer ciel et terre pour trouver des fonds, de Monsieur Bertrand Adelus de l’association art équitable, de Monsieur et Madame Philippe Buffe de Mornas, commandeur de l’ordre de Saint Lazare de la Sainte Baume, de la fondation « Gotta Have Faith » de Mademoiselle Gabrielle Pierre-Charles, des Vers à Soie-USA pilotés par Madame Gabrielle Accilien, des gens de la communauté de Pinot conscientisés sur le fait que cette construction représentait le futur de la région et qui ont adhéré pleinement au projet.

5- DE L’IMPOSSIBLE AU POSSIBLE !

A VOUS D’EN JUGER

6- L’ANECDOTE

Parmi les faits les plus imprévus de notre improvisation : les porteurs d’eau ! Ces gens qui sont payés pour ravitailler le chantier en eau. À dos d’âne sur cinq heures de route, l’eau est transportée dans des bidons !

7.- LES PLUS

En plus du vrai exploit que représente cette édification sur cette colline, elle apporte de sérieux plus à la communauté. Depuis le début de cette construction en juillet, la localité s’est vue injectée quelques sous pour une activation de son économie. Des emplois sont créés. Des petits commerces pour satisfaire les besoins des travailleurs. Les retombées sont palpables et les échos vont très loin.

8.- LES PRIORITÉS

Dès le départ, nous savions que ce projet allait s’exécuter au fur et à mesure, dans le rythme de nos entrées d’argent destinées pour cette activité. Il est clair que notre priorité restera le fonctionnement de l’école sur les 10 mois de l’année scolaire (septembre à Juin) avec le service du repas sur les 191 jours calculés par le ministère de l’éducation pour notre effectif proche d’une centaine d’enfant (budget calculé à 19060 dollars).

Pour la rentrée 2022-2023 dans les nouveaux locaux, la liste des priorités débuterait ainsi :

- Installation de portes et fenêtres pour sécuriser les lieux (3845.00dollars)

- Fabrication de 50 bancs de deux places (7180.00 dollars)

- Installation de sanitaires (Budget en cours d’estimation)

- Finir l’extérieur du bâtiment (Budget en révision

- Puis vinrent d’autres besoins : captation d’eau de pluie et potabilisation

- Électrification

- Acquisition de tableaux numériques….

CONTINUONS DE RENDRE POSSIBLE L’IMPOSSIBLE !